//

La structure du paysage :
le "Pays Sérère" (Centre-Ouest du Sénégal)

Le "Pays Sérère" est sans doute l'une des régions les plus étudiée et les mieux connue d'Afrique ! Car c'est aussi, malheureusement, l'une des régions qui illustre au plus haut point le paradoxe des "pays" africains traditionnels : des entités surpeuplées et isolées au milieu d'immenses espaces vides. À une population qui ne cesse de s'accroître (200 habitants/km2), alors que les ressources naturelles sont depuis longtemps épuisées par une culture arachidière faite sans précautions, se sont ajoutés les effets de la sécheresse récente (les déficits pluviométriques atteignent 50 à 60%) , véritable catastrophe responsable de la "sahélisation" de ces paysages situés au nord de la zone soudanienne. On comprend que les paysans délaissent leur terroir. Et s'en aillent vivre à la ville, ou plus loin encore...

Schématiquement, la géosphère se décompose en cinq grands ensembles qui se superposent de la cime des plus grands arbres jusqu'à la roche massive : la végétation ligneuse (le feuillage des arbres, les arbustes...), la végétation herbacée (les buissons, les herbes, les cultures...), la "surface du sol" (les litières végétales, les termitières, les recouvrements minéraux...), les sols (la matière organique, les racines...) et les "formations superficielles" (la roche désagrégée, altérée...).

Toutes ces composantes, et les processus qui leur sont associés, se retrouvent dans la carte générale des paysages.

 

La végétation ligneuse

 

La végétation herbacée

 

La "surface du sol"

 

Les sols

 

Les "formations superficielles"

 


(d'après Médou LO, 1994
et
Jean-François RICHARD et
N.L. BEROUTCHACHVILI, 1996)


Pour ceux qui sont entrés par une porte dérobée : | Accueil |
Logiciels non compatibles avec Netscape : | Introduction | Études | Méthodes | Nouveau | Plus...