//

Le paysage - "cadre de vie" :
le Niokholo (Sud-Ouest du Sénégal)

Au point de départ des rapports entre l'homme et son milieu se situe une interrogation qui fait partie, pourrait-on dire, de la définition la plus commune du "paysage" : comment les habitants d'un pays se représentent leur cadre de vie naturel ?

Le problème n'a pas qu'un intérêt théorique (d'ailleurs... passionnant !). Il conditionne aussi le succès de bien de nos interventions sur le milieu. C'est particulièrement vrai dans les pays en voie de développement : à quoi bon dresser les plus parfaits des projets d'aménagement rural... si les gens qui devront mettre en oeuvre ces projets ne "voient" pas le paysage comme les ingénieurs qui ont fait les études préliminaires ou comme les experts qui ont pris les décisions (!) ?

Les réponses se complètent selon les "échelles de l'analyse" (ou : selon le recul que l'on prend par rapport au paysage) : pour comprendre le comportement des peuples il faut envisager de vastes régions naturelles alors que pour comprendre les activités journalières des individus il faut se limiter à quelques petites parcelles de culture... Parlant du développement rural en Afrique, il faut d'ailleurs souligner que bien des échecs sont venus du fait que les experts en question se contentent bien trop souvent d'une seule de ces "échelles" d'analyse et d'intervention !

L'exemple retenu ici concerne des sociétés encore très traditionnelles vivant dans l'une des régions les plus sauvages d'Afrique de l'Ouest : le Niokholo, à l'extrême sud-est du Sénégal.

Sur le thème de l'identification, de l'appropriation puis de l'utilisation du paysage, nous avons choisi de présenter cinq cartes du terroir villageois de Séguékho : elles se situent à une échelle intermédiaire entre celle de l'ensemble du Niokholo (à gauche ci-dessous) et celle presque ponctuelle des lieux-dits, représentatifs de l'implantation des grands groupes ethniques qui se partagent la région (à droite ci-dessous)...

 

A l'échelle du Niokholo :
l'implantation des peuples et des villages
dans une région naturelle

U
n

t
e
r
r
o
i
r
1
2
3
4
5

A l'échelle du lieu-dit Bassari de Sindakha :
la répartition des champs
dans un paysage


(d'après EH. Amadou Guèye SEYE, 1998)


Pour ceux qui sont entrés par une porte dérobée : | Accueil |
Logiciels non compatibles avec Netscape : | Introduction | Études | Méthodes | Nouveau | Plus...