//

"MÉTHODES"
Quelques méthodes de recherche en science du paysage

Il y a bien longtemps que les géographes s'intéressent aux "paysages" ! Mais ce n'est que depuis peu
qu'ils disposent d'outils vraiment adaptés à la dimension de l'objet à étudier : les photographies aériennes,
les enregistrements satellitaires, les micro-ordinateurs et leurs énormes capacités de synthèse...

La révolution des idées qui a suivi n'a pas été moins importante que la révolution des techniques :
le paysage du scientifique ne peut évidemment plus se regarder comme il y a seulement vingt ans !

Ce chapitre insiste sur les méthodes pratiquées sur le terrain. Car, ni les avions, ni les satellites,
ni l'informatique n'auront permis de se libérer de ce travail de terrain. Bien au contraire : si l'on veut
participer aux progrès techniques les plus récents, une observation directe, détaillée, méthodique,
répétitive (et à vrai dire souvent fastidieuse...) est encore plus indispensable qu'auparavant !

 

 

Effectuée comme à l'emporte-pièce, l'analyse conduit d'abord
à découper le paysage en unités naturelles de plus en plus petites,
qui s'emboîtent les unes dans les autres : c'est au terme de cette
hiérarchie que sont choisis les milieux à étudier sur le terrain...

Un deuxième découpage consiste à délimiter les différentes
couches de la géosphère : c'est la succession de ces couches selon
la verticale qui constitue en quelque sorte la "méthode à suivre"
pour analyser les milieux sur le terrain...

L'étude du paysage sur le terrain s'achève avec l'inventaire
(et la mesure...) de toutes les composantes du milieu :
les roches, l'eau, les sols, la végétation, les animaux,
les effets des activités humaines...

Mais, vu le simple nombre de ces composantes du milieu,
on se doute que les études de terrain ne vont pas sans difficultés !
Solution originale, très spécialisée mais aussi très efficace, nous
avons mis au point une nouvelle terminologie scientifique...

La cartographie a bien changé ces dernières années !
La carte des paysages n'est plus que l'image très succinte
d'une immense "base de données" informatique qui rassemble
les milliers d'observations méthodiques réalisées sur le terrain...

Aux données "paysages" s'ajoutent bien d'autres informations
(sur les changements climatiques, sur les comportements humains...) :
les "bases de connaissances" ainsi obtenues permettent
de mener une véritable recherche expérimentale
sur la dynamique du paysage...


Pour ceux qui sont entrés par une porte dérobée : | Accueil |
Logiciels non compatibles avec Netscape : | Introduction | Études | Méthodes | Nouveau | Plus...